Aller au contenu

20151127_192956
les membres du bureau lors de l'AG.

20151127_192941

Au cours de l'automne se sont tenus les AG des cercles celtiques adhérents de la fédération Kendalc'h Côtes d'Armor. Ces associations ont la particularité d'avoir une "pause" très courte dans l'année ; à peine la saison estivale des festivals achevée se profile déjà la rentrée et les projets de nouveaux spectacles

Se déroulait ce soir l'AG du cercle celtique de Pommerit-le-Vicomte. Une centaine d'adhérents dont 35 enfants. Ce groupe, avec le bagad, est incontestablement l'ambassadeur culturel de la commune. Le cercle évolue en concours dans la première catégorie de la confédération Kendalc'h et joue une collaboration artistique intelligente avec le bagad de Pommerit. Depuis deux ans, la présence simultanée des deux groupes a apporté une "nouvelle marque de fabrique" aux spectacles présentés sur scène.

Après avoir évoluer dans la plus haute catégorie de Kendalc'h, "Exelañs", les Korriganed vivent une transition où le relais est en passe d'être pris par une nouvelle génération de danseurs.

Kendalc'h permet depuis plusieurs années aux groupes concours de bénéficier d'un regard de professionnel (musique, mise en scène...) grâce à la collaboration avec Itinéraire Bis. Korriganed a fait le choix, pour la seconde fois, de soumettre sa création artistique 2016 au regard de la compagnie Via Cané qui créé des spectacles alliant univers plastique fort (ombres, marionnettes, projection d'images...), musique et comédiens.

Au delà des concours, ce cercle joue la carte de l'accueil et du voyage pour vivre et partager avec d'autres la danse traditionnelle. 2015 a été l'occasion d'accueillir un groupe de danseurs et musiciens basques.

2015 - Dañs 22 - Pommerit-le-Vicomte - JLG (35)
Le cercle de Pommerit lors de sa prestation au concours 2015 (partie scénique).
2015 - Dañs 22 - Pommerit-le-Vicomte - JLG (33)
juin 2015 - concours scénique à Hermione avec le bagad de Pommerit
20150712_151319
le groupe basque accueilli en juillet dernier (pardon du Folgoet).

20150712_151423

 

Etait organisé ce matin, dans la salle multiculturelle de Grâces, un temps de formation à l'attention des assistant(e)s maternel(le)s de tout le département, initié par la CAF. Son thème : "L'espace consacré au jeu des tous-petits".

Cette formation était animée par Jean Robert Appell, éducateur jeunes enfants et formateur.

Ce que j'ai retenu de cette matinée :

  • cette profession, lorsqu'elle s'exerce à la maison, (4279 assistant(e)s dans les Côtes d'Armor), s'effectue dans une certaine complexité car il faut concilier l'espace privé, familial et l'espace personnel. Le projet professionnel est forcément familial car dans son organisation il implique de facto les membres de la famille. D'où la préconisation de la "sociologie de la porte" avec le rite du "passage" : je ferme une porte (en lien avec la vie privée) pour en ouvrir une donnant sur l'espace professionnel.
  • d'une manière générale on trouve trop de jouets à l'attention des enfants, et souvent  trop compliqués; si bien que les petits s'en détournent assez rapidement.
  • Ne sous-estimons pas l'intérêt des jeux simples, de manipulation, qui obligent l'enfant à inventer. (exemple :  mise à disposition de bassines individuelles, gobelets et autres cuillères...)
  • attention aux catalogues de jouets actuellement diffusés en lien avec Noël. Il y est systématiquement précisé ce que le jeu proposé fait travailler comme compétence chez l'enfant. Or, ce n'est pas le jeu qui est intelligent mais l'enfant qui y met de l'intelligence, de la créativité? Ne pas confondre ...
  • ne pas céder à  la tentation de changer de jeux mis à la disposition des enfants; même tous petits, ils sont capables de reprendre une situation de jeu là où ils s'étaient arrêtés la veille. D'où l'intérêt de laisser suffisamment longtemps un même support ludique.

Une matinée intéressante, ouverte aux débats avec les professionnel(le)s présents.

20151121_115621
Les animatrices de la ludothèque de la Maison de l'Enfance de Ploumagoar n'ont pas hésité à accueillir les participant(e)s et leur rappeler l'existence dans le département de plusieurs structures du même type auprès desquelles il est possible d'emprunter des jeux pour les enfants.
20151121_114754
intervention de M. Romera,directeur de la CAF des Côtes d'Armor.
20151121_113316
Jean Robert Appell, éducateur de jeunes enfants, a animé cette matinée en s'appuyant sur des vidéos et photos pour illustrer son propos.

20151121_11295320151121_115626

Lundi 16 novembre,

Je ressors d'un lieu qui sent bon la dynamique, l'envie d'aller de l'avant... Le salon organisé par le BTS des Métiers de l'esthétique, de la cosmétique et de la parfumerie du Lycée Notre Dam, BTS créé en 2001.

Il s'agit de la première édition d'un salon dédié aux produits cosmétiques à l'attention des thalasso, instituts de beauté et autres hôtels spa de Bretagne. Ce salon est porté par les étudiantes de ce BTS, leurs enseignants, COSMED ( association des PME de la filière cosmétique) et Anticipa. En début d'après midi, lors de ma visite, j'ai eu la bonne surprise d'y voir des professionnels qui se renseignaient sur les différentes gammes de produits portés par des sociétés comme les Thermes Marins de St Malo, Morjana,

Il s'agit là d'un secteur dans lequel Guigamp a toute sa carte à jouer, en lien avec les formations de l'UCO, pôle de formation qui prépare un MBA (Master of Business Administration), formation de haut niveau en management conçu pour booster la carrière des cadres en accédant aux postes clés d'une entreprise. Ce MBA sera spécialisé en Marketing Management des projets d'innovation cosmétique.

Guingamp Communauté a apporté une aide exceptionnelle de 1000 € pour la tenue de cet événement.

 

 

IMG_7800IMG_7798IMG_7794

Un sujet revient régulièrement sur la table lors des séances du conseil municipal : les conditions de vente du château et du parc des Salles.

1999 : Noël Le Graët, maire de Guingamp fait procéder à l'achat par la ville du domaine au prix de 390 000 €.

2013 : après près de 15 ans de fermeture au public (aucun projet n'a été conduit par la collectivité), la maire Annie Le Houérou décide de vendre le château au prix de 600 000 € et confie l'exclusivité de la procédure à une agence spécialisée dans les transactions de biens remarquables, France Châteaux.

2015 : Philippe Le Goff, nouveau maire décide d'abaisser le prix de vente à 490 000 € net vendeur.

Plusieurs potentiels acquéreurs se font connaître auprès de l'agence Immobilière. L'un d'entre-eux, est universitaire et  désireux d'y organiser des colloques et séminaires à l'attention d'artistes, scientifiques et intellectuels, comme il le fait déjà. Son projet reste bien de conserver le parc, de réhabiliter le château en essayant de lui redonner l'esprit du 18ème siècle qu'il a connu. Pour pouvoir bénéficier des avantages de la loi Malraux, il projette d'ouvrir le parc au public 40 jours / an. Afin d'y parvenir, il entend prendre contact avec les associations locales afin de les associer dans l'organisation d'événements publics.

municimars14IMG_7761IMG_7757

Le maire fait le choix de passer outre l'exclusivité de la vente auprès de l'Agence immobilière, en la dédommageant à hauteur de 10 000 €. Au nom d'un projet économique annoncé, il décide de retenir un acquéreur, société H Invest, qui met sur la table 340 000 € (- 30 % ).

On nous annonce une école internationale de pâtisserie,sur le modèle de l'ENSP d'Yssingeaux (Ecole Nationale de patisserie) cf. école Ducasse, une extension du château permettant d'accueillir mariages et autres réceptions et enfin une série de "cottages" (bâtiments comprenant un étage) à l'attention de seniors pour "séjours villégiature".

 

IMG_7745IMG_7806IMG_7816

 

Beaucoup d'incertitudes dans ce dossier. L'universitaire entend ne pas en rester là.... A son initiative, un recours est actuellement lancé contre la Ville et le notaire de la Ville (qui a acté une vente en dessous du prix fixé alors qu'un potentiel acquéreur faisait une offre en rapport).

Au delà du fait que la ville ait renoncé à 150 000 € suite à la vente qui s'est faite en juin dernier à H Invest, il reste à dénoncer la décision prise par le maire, et validée par la majorité au conseil municipal, de modifier le PLU ( Plan Local d'Urbanisme) entre le compromis et la vente définitive. A quelle fin ? celle de rendre 3 ha du parc constructible pour réaliser les "cottages" dans la prairie, alors que la récente révision du PLU avait acté la seule possibilité de construire terrain de golf, de tennis ou autre terrain de foot... (ZL / Zone de Loisirs).

Dit autrement, le nouvel acquéreur a eu l'assurance, avant la vente définitivie, de disposer d'un terrain rendu constructible... en plus du château et du parc.

Le tout se fait dans la précipitation et l'amateurisme.... Les services s'aperçoivent, après coup, de l'obligation que prévoit la législation de consulter la population avant de modifier le PLU de la sorte! Une délibération est alors adoptée en conseil municipal pour acter cette concertation publique obligatoire... Elle aura vraisemblablement lieu au début de l'été.

Il nous reste à informer les Guingampais de l'enjeu ! Au-delà du projet annoncé, nous sommes obligés de constater qu'une urbanisation est prévue sur ce que beaucoup considèrent être le "poumon vert" de la Ville, alors que près de 800 logements sont vides et attendent une réhabilitation avant d'être pouvoir occupés. A l'heure des enjeux de la COP 21, il est urgent de "changer de braquet" et prendre des mesures à toutes les échelles, à commencer locale, qui aillent dans le bon sens ! A Guingamp, si le parc arboré du Château des salles s'est transformé en parc forestier (la nature se chargeant de reprendre ses droits), respectons cet espace vert séculaire ! La minorité "Guingamp Autrement" après avoir dénoncer cette transaction, entend mobiliser les Guingampais pour interpeller le maire sur cette urbanisation projetée du parc !! Le contexte économique difficile ne doit pas légitimer n'importe quel projet dans ce lieu pour lequel j'ai déjà pu mesurer l'attachement de très nombreux Guingampais...