Fusion Grâces Guingamp : Tout ça pour ça…

20160405_194016

Les maires de Guingamp et Grâces lors d’une réunion publique où ils ont confirmé leur refus de consulter la population moyennant un référendum.

Il y a plusieurs mois maintenant, les citoyens apprenaient par la presse l’intention des deux communes de fusionner… Beaucoup d’étonnement dans la manière de faire… Aucun élus des minorités informés dès le début de la réflexion. Pour ma part, j’ai très vite fait savoir qu’un mariage à deux n’avait aucun sens et que l’histoire de notre territoire appelait à la fusion des 6 communes ou rien !! Aujourd’hui, le maire de Grâces annonce, sans attendre le retour du maire de Guingamp parti en vacances, l’abandon du projet… Curieuse manière de faire… Pour autant, il s’agit d’une décision sage au regard des passions et rancoeurs qu’a provoqué un tel sujet.

L’avenir n’aura de cesse de nous rappeler qu’il y a une logique à renforcer notre cohésion à 6, d’autant que  nous allons « plonger » dans une communauté de communes à 75 000 habitants allant de Callac à Paimpol… Il suffit de regarder la carte satellite de notre territoire pour se convaincre (si cela est nécessaire) que le Petit Paris, la rue de St Jean ou la zone commerciale de kerhollo sont bien imbriqués dans une seule et même unité.

Le maire de Grâces fait savoir que sa majorité « avait raison trop tôt »…. présomptueux… Depuis des décennies, le projet existe, beaucoup en parle… mais il n’a jamais été vraiment porté politiquement, au-delà des clivages… Les deux maires de Guingamp et Grâces ont pensé possible de convaincre leurs concitoyens du bien fait de ce mariage sans leur avoir même expliqué concrètement les bienfaits d’un tel projet. Il est vrai que le maire de Grâces, au détour d’une réunion, a demandé aux autres maires de la cdc de se retrouver autour d’une table le temps d’une demi-heure pour convaincre du bien fondé d’une fusion… Le sujet demandait plus de finesse et de préparation dans la démarche.

Je crois Yannick Le Goff humaniste et désireux de voir les communes avancer dans ce projet mais la manière de faire  a été incontestablement maladroite.. et surtout peu préparée…

Aucune des réunions publiques n’a apporté de réponses concrètes aux questions formulées par les habitants présents. Ce n’est pas en imposant des diaporamas portés par des cabinets d’étude que l’on donne envie aux gens de croire en ce projet… J’ai fait partie de ceux qui ont conseillé de présenter des mesures concrètes qui pourraient être prises dans cette fusion.

Une ville de 23 000 habitants a plus de ressort et de légitimité aux yeux des instances décisionnelles comme l’ARS (Agence Régionale de Santé) qui pourrait décider la suppression de services à l’Hôpital… Il en est de même pour la Sous-préfecture.

Une commune nouvelle à 6, c’est, par exemple, la possibilité pour chacun

  • de garder une mairie de proximité pour l’état civil
  • de bénéficier d’un seul et même tarif dans les centres de loisirs de la cdc
  • de bénéficier d’un seul abonnement pour l’ensemble des médiathèques et bibliothèques de notre communauté de communes
  • de conforter le forum des associations (qui fonctionne déjà dans un esprit mutualisé) et d’optimiser davantage les créneaux d’occupation des équipements (salles de sport, salles des associations, …).

Une commune nouvelle, c’est

  • une optimisation, une mise en commun du matériel techniques des 6 communes. Pour exemple, la Ville de Guingamp dispose d’une balayeuse  » en sommeil » au cas où le nouvel engin, récemment acheté,  tomberait en panne… Les deux outils pourraient être utilisés sur tout le territoire…
  • c’est une mutualisation des agents communaux (ex.: un seul service comptable, renforcé, pourrait se justifier), et une possibilité supplémentaire d’assurer les remplacements (cf. arrêts maladie, congés de maternité…)
  • c’est une mise à disposition de compétences : la Ville de Guingamp dispose d’un service culturel porté par plusieurs agents. Il serait possible de leur confier l’organisation d’une seule et unique programmation culturelle de l’ensemble des salles : Théâtre du Champ au Roy, salle multi-culturelle de Grâces, la Grande Ourse à St Agathon…en accord, et après réflexion partagée avec l’ensemble des communes actuelles. Idem pour la tenue des fêtes de la Musique ou des journées du Patrimoine… Possibilité d’imaginer un feu d’artifice du 14 juillet itinérant dans chacune des communes…

Il reste trois ans avant les prochaines Municipales…. A moins d’une fusion imposée par l’Etat d’ici là (qu’on imagine assez mal malgré tout), il reste suffisamment de temps pour rassurer, convaincre les concitoyens du territoire de la devise : « A plusieurs, on est plus forts »… Devise qui devra être soutenue, ou pas, par les futur(e)s candidat(e)s. Devise qui devra être argumentée, démontrée, expliquée. Des réunions thématiques peuvent être tenues et ouvertes à tous. Les opposants Gracieux ont bien fait savoir qu’ils ne s’interdisaient pas une réflexion élargie à 6.  Mettons-nous travail… !!

 

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Fusion Grâces Guingamp : Tout ça pour ça… »

  1. Yannick Le Goff a décidé de refermer le « livre » de la fusion avec Guingamp, … ou plutôt sa page blanche,… car cette fusion n’apporterait au final « pas d’avantages conséquents pour les grâcieux », du moins selon une étude sur le plan financier, seul thème étudié. C’était donc de grand livre comptable et fiscal dont il était question.
    Comment en pouvait-il être autrement ? Un compte commun ne suffit pas pour caractériser un couple ou une union fructueuse. Or il n’était que question d’enveloppes communes, frontières et dotations étatiques, toutes choses devant rester égales par ailleurs, ou presque. Cette idée de fusion tronquée tombait à côté des enjeux, sur des jeux d’écritures financières, à déjouer des postures d’opposition qui elle-même jouait sur des détails. C’est donc la fin de la récré, et c’est bien ainsi.
    Le besoin de notre territoire de 6+ communes, est de bénéficier d’une cohérence administrative permettant de l’animer de façon ouverte, intégrée, construite et harmonieuse, c’est-à-dire avec un exécutif unique, élu par tous les citoyens, sur un programme pouvant accroitre l’offre du territoire, en développer les atouts, valoriser les complémentarités de ses composantes, en fait y réaliser un dessein original validé par la démocratie locale. Cela serait infiniment plus impactant que la juxtaposition communale de nos deux maires que l’on peut remercier pour avoir, en éclaireurs, et au prix d’une énième étude sans suites, fermé cette … fausse piste.
    En réaction à l’élargissement intercommunal, pour garder la maîtrise de notre destin local, il est néanmoins urgent de préparer la fusion réelle de nos communes, pour effet 2020.
    Bruno Monchâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

merci de réaliser ce calcul pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.