Aller au contenu

blog

Par un courrier signé ce 1er juillet, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, acte officiellement le maintien de l'EPIDE sur le site de Coat an Doc'h à Lanrodec. Cette décision définitive a été rendue possible grâce à un travail collectif de grande qualité mené à mon initiative avec les élus de LAC. On ne peut que se satisfaire qu'une structure comme celle-ci demeure à Lanrodec et saluer encore et toujours le travail réalisé quotidiennement auprès des jeunes.

Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire publiquement, je plaide pour élargir l'accès aux établissements pour l'insertion dans l'emploi, comme l'EPIDE de Lanrodec, aux jeunes à partir de 16 ans. Un courrier proposant cet élargissement, et co-signé par 70 parlementaires, a été adressé il y a quelques jours au Premier Ministre Edouard Philippe. Une mesure que j'entends continuer de défendre ces prochains mois et que j'estime aller dans le bon sens pour une certaine jeunesse qui a besoin d'être accompagnée pour s'affranchir des difficultés et reprendre pleinement confiance.

Le 22 mai 2018, l’ARS Bretagne décidait de ne pas renouveler l’autorisation d’activité de la maternité de Guingamp pour faire suite à l’avis exprimé par la CSOS Commission spécialisée de l’organisation des soins (23 votes contre, 3 abstentions). Les arguments avancés à l’époque pour expliquer cette décision étaient :

  • conditions de sécurité jugées insatisfaisantes dans la prise en charge des parturientes ;
  • recours excessif à l’intérim médical notamment pour les anesthésistes ;
  • astreinte pédiatrique, obligatoire pour maintenir l’activité maternité, jugée non suffisamment garantie (seulement quatre demi-journées par semaine).

En conséquence, l’établissement guingampais devait, à compter du 1er février 2019, devenir un centre périnatal prenant en charge les mamans et leurs bébés avant et après l’accouchement.

Durant l’été 2018, après une forte mobilisation locale, le Président de la République accordait finalement un temps supplémentaire de 2 ans (jusqu’en juillet 2020) durant lequel des moyens humains complémentaires devaient être apportés afin d’accroître la sécurité des mamans et des bébés mais aussi le nombre de naissances.

Fin décembre 2019, la maternité dressait son bilan annuel : 489 accouchements étaient recensés - soit un léger regain de naissances - démontrant un attachement profond de la population à sa maternité bien que près d’une parturiente sur deux de la zone d’attractivité de l’établissement guingampais ne déporte encore son accouchement vers une autre structure.

Parallèlement à ce maintien des naissances, il faut noter l’installation prochaine sur Guingamp d’une jeune pédiatre libérale pouvant donner des consultations à l’hôpital. Cette dernière ne pourra toutefois pas effectuer de gardes n’étant pas néonatalogiste.

Au vu du nombre de naissances globalement stable et la venue probable d’une nouvelle pédiatre, je me réjouis que l’autorisation de gynécologie-obstétrique de la maternité de Guingamp soit prolongée à compter du 1er août prochain.

Il convient toutefois de jeter un regard lucide sur la situation de l'établissement qui reste fragile et doit être consolidée.

Dans le cadre du Ségur de la Santé sur lequel la Majorité travaille actuellement, il est prévu qu’un nouveau regard soit porté sur les maternités qui ne se réfère plus au nombre de naissances par établissement mais au respect des conditions de sécurité et à la stabilité des équipes. Les activités de périnatalité feront l’objet de décrets déportant davantage le cadre réglementaire sur ces nouveaux critères.

Je souhaite rappeler avoir plaidé dès le départ pour que les conditions de sécurité soit le prisme à travers lequel on devait se projeter collectivement pour assurer l’avenir de la maternité de Guingamp. La réponse du Gouvernement va dans ce sens et je m’en satisfais. Porter l’exigence sur un renforcement des conditions de sécurité n’est pas une offense faite aux personnels ni une entrave à leur travail de grande qualité réalisé au quotidien. C’est un impératif que l’on doit aux familles. La maternité de Guingamp est sur le bon chemin.

Plus largement, je suis optimiste pour notre territoire car des clignotants virent au vert après les annonces ces derniers mois de la création de l’INSEAC, de l’accueil d’un service francilien des finances publiques à Guingamp, du maintien de l’EPIDE à Lanrodec et d’un projet d’usine de masques pour lequel je suis très confiant.

> Lire l'article du quotidien Le Télégramme paru ce mercredi 17 juin 2020

Édouard Philippe a annoncé les arbitrages rendus ce matin en Conseil de défense à propos des règles de déconfinement applicables à partir du 2 juin

✔️EDUCATION NATIONALE

📍Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer a indiqué que le mois de juin marquerait l'amplification du retour à l'école dans le respect du protocole sanitaire.

"La réouverture des écoles est une urgence sociale et un impératif éducatif"

La priorité reste la même : garantir la sécurité du personnel et des élèves. La méthode reste aussi la même : pragmatisme, esprit collectif avec l'association étroite des élus et du personnel.

✔️Écoles primaires

  • 80% des écoles primaires ont été ouvertes, soit 90% des communes avec toutefois des différences selon les départements en zone verte ou en zone rouge.
  • Le 2 juin, toutes les écoles seront ouvertes et toutes les familles qui le souhaitent peuvent scolariser leurs enfants au moins une partie de la semaine dans des groupes de 15 élèves maximum.
  • Un accueil complémentaire à l'accueil en classe sera proposé aux parents avec le programme Sport Santé Culture Civisme pour permettre l'accueil des enfants.

✔️ Collèges

  • Ils sont ouverts depuis une semaine en zone verte à 95% pour les élèves de 6e et 5e, soit 28% des collégiens, ce qui est un tremplin pout une ouverture plus large.
    • Pour la phase 2 : l'ensemble des collèges vont ouvrir dans les deux zones.
      • Pour les zones vertes, cela comprendra les classes de 4e et 3e.
      • Pour les zones oranges, la priorité est sur les 6e et 5e, et un examen au cas par cas sera fait pour les autres classes, notamment au regard des capacités des établissements.
    • Le protocole sanitaire est maintenu et le programme Sport Santé Culture Civisme sera applicable en complément des classes.
    • Reprise de la scolarité des enfants en situation de handicap :80% des établissements ont pu rouvrir : nous voulons désormais aller plus loin
    • L'objectif pour la semaine prochaine est d'une ouverture de 100%.

✔️ Lycées

  • Nous avons placé la priorité sur les lycées professionnels, notamment pour lutter contre le décrochage.
  • L'ensemble des lycées vont rouvrir selon le même protocole que dans les collèges.
    • En zones vertes : tous les lycées généraux, technologiques et professionnels vont rouvrir.
    • En zone orange : la priorité est la réouverture des lycées professionnels, et notamment pour les élèves de terminale et de CAP.
  • Pour les lycées généraux et technologiques, des entretiens individuels seront organisés pour faire le point avec les élèves, notamment sur leur orientation.
  • Épreuves anticipées en classe de première : oral de français : Cette épreuve sera validée en contrôle continu. Nous plaçons une profonde confiance dans le travail des professeurs et des élèves, et notamment sur leur parcours en terminale. Leur apprentissage doit leur permettre de préparer au mieux leur BAC.

✔️LES DEPLACEMENTS

  • Il est mis fin à l’interdiction des déplacements de plus de 100 km dès le 2 juin sur tout le territoire.
  • En Europe, les restrictions aux frontières intérieures sont maintenues jusqu’au 15 juin. Une coordination européenne est nécessaire pour rouvrir les frontières intérieures à compter du 15 juin.
  • En dehors de l’Europe, les frontières extérieures restent fermées jusqu’à nouvel ordre. Là encore, une coordination européenne est nécessaire pour adopter une position commune à partir du 15 juin.
  • Les déplacements entre la métropole et les Outre-mer restent soumis aux motifs impérieux d’ordre sanitaire, familial ou professionnel. Des mesures spécifiques sont adaptées à Mayotte et en Guyane.

✔️BARS ET RESTAURANTS

  • Les restaurants, bars et cafés pourront ouvrir dans tous les départements à partir du 2 juin dans le respect des gestes sanitaires.
  • Dans les départements faisant l'objet d'une vigilance particulière (IDF, Guyanne, Mayotte), seules les terrasses des cafés, bars et restaurants pourront rouvrir.
  • Des restrictions demeurent dans les départements orange : 10 personnes maximum par table ; distance minimale de 1m entre chaque table ; port du masque obligatoire pur le personnel et les clients lors des déplacements.
    Ces mesures feront l'objet d'une réévaluation d'ici au 22 juin.

✔️CULTURE, SPORT ET VACANCES

  • Les réouvertures autorisées sur tout le territoire à partir du 2 juin dans le respect des règles sanitaires spécifiques concernent :
    • En zone verte, les bars et restaurants, les musées et monuments, les plages, lacs et plans d’eau.
    • Les terrasses en zone orange.
    • Les parcs et jardins en zone orange (Paris par exemple) peuvent ouvrir dès ce week-end.
    • Les piscines, gymnase et salles de sport, parcs de loisirs, salles de spectacles et théâtres (en zone orange à partir du 22 juin).
    • Réouverture des cinémas à partir du 22 juin sur tout le territoire.
  •  Les interdictions concernent, au moins jusqu’au 21 juin, les rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public, les sports collectifs et de combat, les discothèques et les salles de jeux, les stades et hippodromes.
  • Pour les vacances d’été, les inscriptions en colonies de vacances et camps de plein air pourront éventuellement se faire à partir du 22 juin, date à laquelle un point d’étape sera effectué par le Gouvernement.

✔️PRUDENCE

Nous devons rester prudents pour trois raisons :

  • Le virus continue à circuler : nous détectons rapidement des cluster qui sont des risques de contamination
  • L'hôpital reste sous tension : le chiffre de personnes en réanimation reste à moins de 2000 personnes, ce qui reste 30% de plus qu'à la normale
  • Nous connaissons mieux le virus et nous savons qu'il est est virulent notamment en milieu fermé, dans les rassemblements mais aussi qu'il touche les personnes précaires et vulnérables.

PLAN TOURISME

Le Premier ministre Édouard Philippe a reçu, ce matin en comité interministériel, les professionnels de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme.
Le secteur du tourisme a été particulièrement touché par cette crise sanitaire. Comme l’a rappelé Édouard Philippe : « il s’agit de la pire épreuve de son histoire. (…) »

Le tourisme représente 2 millions d’emplois directs et indirects et 8% du PIB. Avec 90 millions de touristes étrangers accueillis en 2019, notre pays est la première destination au monde.

Son sauvetage est donc une priorité nationale.

Un plan de soutien massif s’imposait pour permettre à ce secteur de surmonter cette crise. Le Gouvernement l’a bien compris en proposant un plan de 18 milliards d’euros.

VOICI LES PRINCIPALES MESURES DE CE PLAN :

🔹VACANCES

« Il est raisonnable de penser que les Français pourront partir en vacances en juillet et en août » Édouard Philippe

➡️ En cas d’annulation de réservations si la situation se dégrade, le secteur s’est engagé au remboursement total.

🔹REOUVERTURE : SECTEUR, CAFE, RESTAURANTS

➡️ S'agissant d'une date la réouverture du secteur touristique, des réponses scientifiques seront apportées dans la semaine du 25 mai.

➡️ L’objectif dans les départements verts était la réouverture des cafés et restaurants le 2 juin.

🔹PRETS :

Le dispositif de prêts garantis par l’État (PGE) est renforcé pour le secteur du tourisme et de la restauration. Les meilleurs mois d’activité de l’année dernière seront pris en compte comme calcul de référence.

🔹FONDS DE SOLIDARITE :

L'accès des entreprises du secteur au Fonds de solidarité est prolongé jusqu'à la fin de l'année 2020.

🔹BANQUES :

Les banques se sont engagées à reporter les échéances de prêts sur douze mois et non six mois.

🔹EXONERATION DE COTISATION :

L’exonération de cotisation est prolongée jusqu’à la fin de la fermeture des établissements. Un crédit de cotisation de 20% est accordé pour accompagner la reprise.

🔹CHOMAGE PARTIEL

Les entreprises du tourisme pourront continuer de recourir au chômage partiel dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui au moins jusqu’à fin septembre 2020.
Au-delà, le chômage partiel leur restera ouvert si leur activité reprend trop lentement.

🔹PLAN D’INVESTISSEMENT

L’État va mobiliser un plan d’investissements en fonds propres de 1,3 milliard d’euros à travers Bpifrance et la Caisse des dépôts.
Ils généreront des investissements privés pour un total d’environ 7 milliards d’euros de financements, notamment dans le tourisme durable.

🔹COLLECTIVITES LOCALES

Les collectivités locales pourront aussi prévoir des allégements de taxe de séjour et d’autres dégrèvements fiscaux.

🔹TICKETS RESTAURANTS

Le plafond journalier des tickets-restaurants est doublé, de 19 à 38 euros. Ils seront utilisables le week-end.

🔹MISE EN GARDE :

⚠️ L’objectif prioritaire du Gouvernement est d’éviter le risque d’une deuxième vague qui annulerait les efforts des Français pendant deux mois de confinement. Alors, N’OUBLIONS PAS LES GESTES BARRIÈRES !