Aller au contenu

L’agrément de la maternité de Guingamp renouvelé

Le 22 mai 2018, l’ARS Bretagne décidait de ne pas renouveler l’autorisation d’activité de la maternité de Guingamp pour faire suite à l’avis exprimé par la CSOS Commission spécialisée de l’organisation des soins (23 votes contre, 3 abstentions). Les arguments avancés à l’époque pour expliquer cette décision étaient :

  • conditions de sécurité jugées insatisfaisantes dans la prise en charge des parturientes ;
  • recours excessif à l’intérim médical notamment pour les anesthésistes ;
  • astreinte pédiatrique, obligatoire pour maintenir l’activité maternité, jugée non suffisamment garantie (seulement quatre demi-journées par semaine).

En conséquence, l’établissement guingampais devait, à compter du 1er février 2019, devenir un centre périnatal prenant en charge les mamans et leurs bébés avant et après l’accouchement.

Durant l’été 2018, après une forte mobilisation locale, le Président de la République accordait finalement un temps supplémentaire de 2 ans (jusqu’en juillet 2020) durant lequel des moyens humains complémentaires devaient être apportés afin d’accroître la sécurité des mamans et des bébés mais aussi le nombre de naissances.

Fin décembre 2019, la maternité dressait son bilan annuel : 489 accouchements étaient recensés - soit un léger regain de naissances - démontrant un attachement profond de la population à sa maternité bien que près d’une parturiente sur deux de la zone d’attractivité de l’établissement guingampais ne déporte encore son accouchement vers une autre structure.

Parallèlement à ce maintien des naissances, il faut noter l’installation prochaine sur Guingamp d’une jeune pédiatre libérale pouvant donner des consultations à l’hôpital. Cette dernière ne pourra toutefois pas effectuer de gardes n’étant pas néonatalogiste.

Au vu du nombre de naissances globalement stable et la venue probable d’une nouvelle pédiatre, je me réjouis que l’autorisation de gynécologie-obstétrique de la maternité de Guingamp soit prolongée à compter du 1er août prochain.

Il convient toutefois de jeter un regard lucide sur la situation de l'établissement qui reste fragile et doit être consolidée.

Dans le cadre du Ségur de la Santé sur lequel la Majorité travaille actuellement, il est prévu qu’un nouveau regard soit porté sur les maternités qui ne se réfère plus au nombre de naissances par établissement mais au respect des conditions de sécurité et à la stabilité des équipes. Les activités de périnatalité feront l’objet de décrets déportant davantage le cadre réglementaire sur ces nouveaux critères.

Je souhaite rappeler avoir plaidé dès le départ pour que les conditions de sécurité soit le prisme à travers lequel on devait se projeter collectivement pour assurer l’avenir de la maternité de Guingamp. La réponse du Gouvernement va dans ce sens et je m’en satisfais. Porter l’exigence sur un renforcement des conditions de sécurité n’est pas une offense faite aux personnels ni une entrave à leur travail de grande qualité réalisé au quotidien. C’est un impératif que l’on doit aux familles. La maternité de Guingamp est sur le bon chemin.

Plus largement, je suis optimiste pour notre territoire car des clignotants virent au vert après les annonces ces derniers mois de la création de l’INSEAC, de l’accueil d’un service francilien des finances publiques à Guingamp, du maintien de l’EPIDE à Lanrodec et d’un projet d’usine de masques pour lequel je suis très confiant.

> Lire l'article du quotidien Le Télégramme paru ce mercredi 17 juin 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

merci de réaliser ce calcul pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.