Aller au contenu

Maternité de Guingamp : ma réaction après la décision de l’Agence Régionale de Santé

Le directeur général de l’Agence Régionale de Santé (ARS) a décidé de ne pas renouveler l’autorisation d’activité de la maternité de Guingamp en s’appuyant sur l’avis exprimé par la commission technique de la CRSA (Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie) compétente en matière d’autorisation, à savoir la CSOS (Commission Spécialisée de l’Organisation des Soins).

Cet avis défavorable a été donné à une très large majorité (23 contre / 3 abstentions) par une instance composée de professionnels de santé hospitaliers, de représentants de l’ordre des médecins, d’usagers, d’organisation syndicales de salariés.

Qui peut se réjouir aujourd’hui d’une telle décision portant sur une maternité ? Qui peut rejeter l’émoi de la population devant cette nouvelle ? Personne. Naître au Pays revêt une symbolique tellement forte…

Pour autant, peut-on remettre en doute un avis porté par des experts en sécurité de soins ? S’il est vrai que les élus ne sont pas concertés et associés à cette commission, certains parmi nous cherchent à présenter cette décision comme celle de technocrates, déconnectés de la réalité. Notre responsabilité est d’entendre cet avis des usagers et des professionnels de santé. A défaut de contraindre des médecins d’exercer sur site, il est de notre devoir d’exiger des compensations qui viennent conforter le bloc opératoire par de nouvelles activités tout en assurant un accompagnement du personnel concerné. C’est ce que l’ARS s’est engagée à faire. Je resterai très vigilant sur ce point. Reste à associer la communauté médicale de l’hôpital de Guingamp pour arrêter définitivement les nouvelles offres de soins.

Cette décision n’est nullement une remise en cause du travail des professionnels de santé hospitaliers guingampais. Il s’agit plutôt d’une traduction sans fard du manque cruel de médecins sur nos territoires.

La non reconduction de l’autorisation du site d’accouchement de l’hôpital de Guingamp est d’abord et avant tout motivée par un manque de médecins spécialisés (anesthésistes, pédiatres). Ce déficit de personnel rend aujourd’hui l’organisation des soins très compliquée pour ne pas dire risquée. Le manque de spécialistes est tel que le risque de fermeture en urgence de la maternité, non anticipée ni préparée, peut se produire à tout moment (lorsque qu’un anesthésiste intérimaire ne vient pas prendre son poste par exemple, ce qui s’est déjà produit…. ). Or, une maternité suppose la présence 24h/24 de spécialistes. C’est là que réside tout l’enjeu. C’est bien de la sécurité des futures mamans et de leurs bébés dont il s’agit.

A défaut de médecins, qui ne sortiront pas du chapeau en 15 jours, et en attendant l’effet des premières mesures ministérielles, la solidarité et la complémentarité entre établissements hospitaliers restent de mise.

Il nous faut analyser ce vote pour mieux mesurer et comprendre la situation, aussi difficile soit-elle.

Saluons également le travail des équipes de la maternité en leur assurant de tout notre soutien pour un projet pérenne s’appuyant sur leurs compétences professionnelles. L’ARS s’est engagée par communiqué à « renforcer des activités et à en créer de nouvelles », ce personnel doit y prendre toute sa place.

Rappelons qu’il sera toujours proposé à l’hôpital de Guingamp, via le centre périnatal, une préparation à la naissance, un suivi des nouveaux nés et des mamans.

Il revient aux élus de dépassionner cette décision, au-delà des postures politiques stériles, et à la communauté médicale de Guingamp d’anticiper l’avenir, avec le soutien et l’engagement de l’ARS, en précisant les nouveaux services à la population qui prendront le relais. Des propositions de renforcement d’activités existantes et de nouvelles ont déjà été faites : chirurgie du sein, chirurgie ophtalmique, soins de suite et de réadaptation, addictologie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

merci de réaliser ce calcul pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.