Aller au contenu

Nous sommes sur le bon chemin même si l’épidémie de covid-19 reste omniprésente dans notre pays. Les récents chiffres communiqués montrent une baisse du nombre de personnes contaminées et hospitalisées. Nous devons toutefois rester vigilants.

Comme l’a présentée le Président de la République mardi soir, une stratégie en trois étapes sera mise en place ces prochaines semaines.

Première étape : à partir du 28 novembre

  • les commerces et les services à domicile pourront reprendre leurs activités jusqu'à 21h dans le respect d’un protocole sanitaire strict ;
  • les sorties jusqu'alors limitées à un rayon d'un kilomètre pour une durée d'une heure pourront s'effectuer avec attestation dans un rayon de 20 kilomètres pour une durée de trois heures ;
  • les activités extra-scolaires en plein-air pourront reprendre ;
  • les offices religieux seront autorisés avec une jauge de 30 personnes maximum.

Le confinement et le système de l’attestation resteront en vigueur. Il faudra continuer à rester chez soi, à télétravailler autant que possible, à renoncer aux réunions privées et aux rassemblements familiaux, à tous les déplacements non nécessaires.

Deuxième étape : à partir du 15 décembre

Si les objectifs sanitaires sont atteints (aux alentours de 5.000 cas de contamination par jour et 2.500 à 3.000 personnes en réanimation), le confinement sera levé à cette date et les déplacements autorisés sur l’ensemble du territoire. Un couvre-feu s'appliquera de 21h à 7h, à l'exception des soirées du 24 et 31 décembre.
Les cinémas, les théâtres et les musées pourront rouvrir et les activités extra-scolaires en salle pourront reprendre. Les grands rassemblements resteront interdits, comme les fêtes dans les salles à louer.

Troisième étape : à partir du 20 janvier

Les salles de sport et les restaurants rouvriront si le nombre de contaminations tombe sous la barre des 5.000 cas par jour. Les cours en lycée reprendront intégralement en présentiel, ainsi que ceux en université 15 jours plus tard.
Un point sanitaire sera fait toutes les deux semaines. Des tolérances supplémentaires ou des retours en arrière seront possibles.

Malgré ce relâchement progressif des contraintes, il est important de rester prudent et de respecter scrupuleusement les gestes barrières. Chacun doit faire preuve de bon sens et d’esprit de responsabilité pour se protéger et protéger les autres. La stratégie « tester, alerter, protéger, soigner » sera déployée en attendant la mise à disposition de vaccins contre le virus.

Mardi soir, le Président de la République a aussi demandé au gouvernement et au parlement de prévoir les conditions pour s’assurer de l’isolement des personnes contaminées qui seront accompagnées sur le plan matériel, sanitaire et psychologique. Les services de l’État, les maires et les associations concernées seront associés à cette stratégie.

Les efforts collectifs menés depuis des mois ne sont pas vains. Ensemble, nous parviendrons à vaincre ce virus.

Les réponses aux questions relatives aux mesures de soutien économique
> consulter le document

Une synthèse des mesures de soutien à l'activité
> consulter le document

 

Dans cette période de crise qui affecte le chiffre d’affaires de nombreuses entreprises, la majorité se mobilise pour soutenir notamment le développement du commerce en ligne de nos commerçants, artisans, professionnels de l’hôtellerie et de la restauration.
En parallèle du fonds de solidarité et de l’activité partielle, nous accélérons les actions de modernisation prévues par le plan de relance du gouvernement.
Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, a annoncé, mardi 10 novembre, un plan national doté de 120 millions d’euros pour accompagner au mieux les petites entreprises dans la numérisation de leur activité.

De quoi s’agit-il exactement ?

Des acteurs du commerce en ligne, qui proposent des offres préférentielles aux commerçants pour se numériser, sont référencés dès maintenant sur le site clique-mon-commerce.gouv.fr. Il suffit de renseigner en ligne les items correspondants à vos besoins et vous avez connaissance de l’ensemble des services accessibles rapidement.

Chaque commerce fermé administrativement, et qui n'est pas encore numérisé, pourra bénéficier, à partir de janvier, d’un soutien financier à hauteur de 500 euros pour l'aider dans cette démarche.

Par ailleurs, nous apportons une aide de 20.000 euros aux communes qui souhaitent développer une plateforme locale de commerce en ligne regroupant les commerces de sa ville.

Aujourd’hui, en France, 37% de nos TPE-PME possèdent un site internet et seulement 9% d’entre elles ont un site marchand. Notre objectif est d’arriver à 50% de commerces numérisés d’ici à 2021.
Avec ce plan gouvernemental, nous mettons tout en œuvre pour rattraper ce retard et pour permettre aux petites entreprises d’affronter dans les meilleures conditions la crise sanitaire actuelle et d’être plus fortes à l’avenir. Ce soutien à la numérisation s’inscrit dans une série de dispositifs inédits mis en place pour soutenir notre économie et nos emplois.

> Consulter l'intégralité des informations sur le dispositif