Aller au contenu

Le 20 novembre dernier, le Premier Ministre Edouard Philippe annonçait un plan d’urgence pour l’hôpital public prévoyant un financement supplémentaire 1,5 milliard d’euros sur trois ans, la reprise par l’Etat d’un tiers de la dette hospitalière (à hauteur de 10 milliards d’euros) et une série de nouvelles primes pour les personnels de santé. Une prise de parole forte précisant également qu’un budget d’investissement de 150 millions d’euros serait réservé à l’achat de matériel et la rénovation des locaux hospitaliers.

Je salue que ces mesures se réalisent concrètement sur le terrain avec le déblocage en ce mois de janvier d’une enveloppe de 234.000 € pour l’hôpital de Guingamp. Cette somme pourra être mise à profit pour redonner des marges de manœuvre à l’ensemble de l’établissement et améliorer le quotidien des équipes hospitalières.

Par ailleurs, je me réjouis de l’arrivée d’un nouveau directeur cultivant la culture du dialogue avec les personnels hospitaliers. Je reste convaincu que l’avenir passe par le groupement hospitalier de territoire (GHT) et qu’il est temps de mettre un terme à la concurrence entre hôpitaux publics.

Parmi les raisons de mon engagement en 2017 auprès d’Emmanuel Macron figurait en bonne place sa promesse de refonder notre système de retraites. Comme lui, plus de deux ans et demi plus tard, je pense que notre pays doit se doter d’un système universel, plus juste et plus solidaire.
Je soutiens le principe d’un régime unique de retraites par points, dans lequel un euro cotisé donnera les mêmes droits à tous.

Sur son fonctionnement, plusieurs garanties ont été apportées :

  • ce sont les partenaires sociaux qui auront la responsabilité de fixer la valeur du point ;
  • celle-ci sera indexée chaque année sur les salaires qui augmentent plus vite que l’inflation ;
  • inscrite dans la loi, une règle d’or prévoira que la valeur du point ne puisse baisser.

Ce principe d’universalité avec l’ouverture de nouveaux droits est un progrès important par rapport à notre système actuel.
La pénibilité, par exemple, sera prise en compte pour les métiers de l’hôpital et de la fonction publique. Quant à la mise en place d’une retraite minimum à 85 % du SMIC pour une carrière complète, c’est une avancée sociale substantielle notamment pour les salariés agricoles, les artisans, les commerçants.

J’ai toutefois conscience que des précisions sont encore nécessaires pour rassurer pleinement. Je comprends les réticences tant que l’évolution des critères de pénibilité et les niveaux de compensation pour maintenir le niveau des pensions (notamment des enseignants) ne seront pas clairement communiqués.

Ce système doit pouvoir être précisé et amélioré dans le cadre d’un dialogue social de nouveau engagé entre les organisations syndicales, le Premier Ministre et le Secrétaire d’Etat en charge des retraites. De la négociation émergera le consensus social.

J'ai eu le plaisir d'initier un atelier participatif au P'tit Echo de la Mode de Chatelaudren pour faire la promotion de l'application Pass Culture permettant aux jeunes de 18 ans d'obtenir 500 euros pour accéder aux biens culturels (livres, cinéma, festivals...). Michel Roussel, directeur de la Drac, et de nombreux acteurs culturels étaient présents et je les remercie pour leur implication.

Diffusons l'info de ce dispositif aux jeunes et aux familles de notre territoire.
https://pass.culture.fr